Galerie : La magie du silence, Amantani, Taquile, Titicaca

¿ Hablas Español ?

"Mamita!" "Papito!" :

le premier est usité par les vendeuses des marchés pour vous faire les yeux doux rétablissant ainsi l’égalité: tout le monde, quelque soit l’âge ou le statut social, est « mamita » . Vous pouvez l’employer vous aussi comme dans « por favor mamita » si c’est votre tour de demander une faveur.

« Papito », lui, est moins usité pour la simple et bonne raison que, dans les rues derrière leurs marmites, il y a majoritairement des femmes. « Papito » fait partie du langage amoureux, un « mon chéri » local.

 


Lire d'autres expressions »

S’arrêter à Amantani ou Taquile c’est se poser hors du monde. En tout point de ces îles escarpées les yeux se portent sur l’immensité du lac qui paillette au soleil, les maisonnettes en torchis, les terrasses, héritées du génie agricole inca, où poussent toujours du blé, des pommes de terre, la quinoa et les haricots.

Taquile est la plus populaire car chacun ici porte encore le costume traditionnel. La plupart des visiteurs restent quelques heures. Si on évite ces heures de pointe et qu’on demande à passer la nuit dans une famille, on jouit alors de l’île pour soi seul.

Le linge pend au dessus des champs, les parents travaillent la terre, les enfants plantent leurs yeux noirs sur votre peau blanche, les femmes vous ignorent concentrées sur leur écheveau, les hommes marchent à vos côtés avec leurs travaux d’aiguille.

A lire : Chronique d’une journée et une nuit sur Taquile