Galerie : Carte Postale Caribéenne, Parc Tayrona

¿ Hablas Español ?

"Mamita!" "Papito!" :

le premier est usité par les vendeuses des marchés pour vous faire les yeux doux rétablissant ainsi l’égalité: tout le monde, quelque soit l’âge ou le statut social, est « mamita » . Vous pouvez l’employer vous aussi comme dans « por favor mamita » si c’est votre tour de demander une faveur.

« Papito », lui, est moins usité pour la simple et bonne raison que, dans les rues derrière leurs marmites, il y a majoritairement des femmes. « Papito » fait partie du langage amoureux, un « mon chéri » local.

 


Lire d'autres expressions »

Les plages sublimes, les palmiers, les eaux chaudes et cristallines c’est ici. Le Parc National Tayrona n’est accessible qu’à pied ou à cheval pour un prix d’entrée et facturé par nuit qui met les touristes à l’abri du monde.

Sur les hauteurs, après 1h30 d’un chemin épique formé de roches se trouve Pueblito, le dernier hameau indigène où vivent quelques familles dans leurs huttes. Hommes, femmes et enfants portent de grandes robes blanches et vont pieds nus, leur besace de fils tressés à l’épaule. On les croise parfois au bord des chemins qui mènent à la plage… Fantomatiques apparitions qui frôlent pour un instant celui des paréos et maillots de bain.

Pour le reste, on se lève avec le soleil, on se couche quand le groupe électrogène l’a décidé, on dort dans son hamac, on cuisine au feu de bois, on observe les écureuils et les iguanes. Pour tout oublier même le nombre de jours qu’on y a finalement passé.