Galerie : Villégiature au bord du Titicaca, Copacabana

¿ Hablas Español ?

Les diminutifs en "to" ou "ta" :

Quand on veut vous faire un compliment ou vous vanter quelque chose, on enrobe. Il ne s’agit pas d’en dire davantage mais plutôt d’alléger les mots en leur ajoutant une terminaison chantante. Les reines dans l’art du « -to » et « -ta » sont, encore elles, les vendeuses de rue qui transforment le riz, « arroz » en « arrozito », la pomme de terre, « papa » en « papita », l’avocat « palta » en « paltita », le pain, « pan » en « pancito », le jus « jugo » en « jugito »… et ainsi de suite.


Lire d'autres expressions »

La Bolivie a perdu son accès à la mer dans une guerre contre le Chili il y a un peu plus d’un siècle. Copacabana, posée sur les rives d’une des 7 merveilles du monde, relève le défi: petit port, pédalos, restaurants alignés sur « le front de mer », terrasses, patios ou jardins. Des pontons en bois s’avancent dans les eaux, le lac scintille, les petits clapotent dans l’eau.

Les babas s’établissent à Copacabana le temps de goûter au repos. Les familles se lancent dans l’ascension de la montagne qui domine la baie. Un chemin de croix vers la Rédemption. Tout en haut, des stands vendent des petites voitures, des poupées, des valises, des maisons miniatures, des liasses de faux billets, représentation de la « récompense » qu’on souhaite obtenir. Une est déjà acquise: contempler les eaux si calmes du lac Titicaca qu’elles en paraissent gelées.