Galerie : De toutes les couleurs, Buenos Aires

D’en haut, Buenos Aires, la Capital Federal aux 14 millions d’habitants, pointent ses rangées d’immeubles blancs gigantesques vers le ciel. Une fois à terre, une nuée de taxis noirs et jaunes, foncent à toute allure à travers les rues qui s’entrecroisent subventionnés par « Claro », « Nokia » ou « Banco Americana ».

Ensuite, choisissez votre Buenos Aires…

  • San Telmo, la culturelle. Tags qui dessinent l’histoire du pays, galeries et magasins d’antiquités à la gloire de Carlos Gardel, immense chanteur de tango, vieux cafés et devantures qui n’ont pas bougé, milongas où l’on danse collés et abandonnés l’un contre l’autre.
  • La Boca, âme populaire. Le stade de foot des Boca Juniors, le jaune et bleu de l’équipe qui domine, et le Caminato, quelques rues aux couleurs du quartier d’antan quand les habitants peignaient leur façades avec les restes de peinture utilisées pour les différents navires.
  • Microcentro, l’hypercentre. Ses bâtiments imposants à l’architecture coloniale. Une Place immense et ses pigeons. Un Palais présidentiel en stuc rose. Un obélisque. Et ses quelques rues piétonnes bondées où se croisent des costumes-cravates pressés.
  • La Recoleta, la chic. Maisons de maître, superbe cimetière où sont enterrés les plus riches et immense bois avec lac et promeneurs.
  • Palermo, la branchée. Entre « Palermo Soho », « Palermo Hollywood » et « Palermo Viejo », shopping, restaurants léchés, clubs immenses, et coincées entre deux avenues, maisons de maître « à la française », bouts de jardins qui séduisent et invitent à déambuler.

A lire : Chronique d’un corps à corps avec le tango